Comment les organismes de bienfaisance utilisent-ils les dons testamentaires ?

Par Volonté de faire |

Nous avons contacté des amis et des collègues de certaines des fondations communautaires les plus importantes au Canada – la Fondation du Grand Montréal, la Toronto Foundation, et la Victoria Foundation – pour répondre à l’une des questions les plus fréquemment posées sur les dons de bienfaisance par testament : comment les organismes de bienfaisance utilisent-ils les dons qui leur sont légués? Les réponses que nous avons obtenues nous ont permis de comprendre l’importance des dons testamentaires et l’impact qu’ils peuvent avoir sur une cause. 

« L’une des choses les plus gratifiantes avec le don testamentaire est qu’il permet souvent aux donateurs de faire une contribution beaucoup plus substantielle qu’ils n’auraient pu le faire de leur vivant », explique Tasha Lackman, vice-présidente, Philanthropie et Communauté, à la Fondation du Grand Montréal. Cela peut permettre à un organisme de bienfaisance d’entreprendre un projet ou un programme important qu’il n’aurait peut-être pas été en mesure de réaliser auparavant. Ou alors, d’élaborer un plan et d’élargir sa mission essentielle de manière réfléchie et stratégique.

« Un don par testament est un moyen pour vous d’appuyer à long terme la vision et la mission de vos organismes de bienfaisance préférés », ajoute Sara Neely, directrice des services philanthropiques à la Victoria Foundation. Un bon exemple est l’histoire d’un couple qui a créé un fonds à la Victoria Foundation pour soutenir la santé des enfants, les soins hospitaliers et les anciens combattants. « Ce sont des causes auxquelles ce couple s’est intéressé et a toujours contribué. Il voulait s’assurer que les bénéficiaires de ces organismes continueraient de profiter de leur soutien pendant longtemps. »

Lorsque les personnes ont des intentions précises quant à l’utilisation de leurs dons futurs, il est souvent recommandé d’en discuter avec les organismes de bienfaisance concernés. Ces organismes ont ainsi l’occasion de faire partager leur vision de l’avenir et de montrer comment le don peut être mis à profit. Il n’est pas rare d’entendre les organismes de bienfaisance recommander que le don soit non désigné, plutôt qu’affecté à un programme ou à un projet précis.

« Lorsque les dons testamentaires sont non désignés, ils permettent aux organismes de bienfaisance de répondre aux besoins de la communauté au fur et à mesure qu’ils se présentent », explique Nicola Hives, directrice de la stratégie de croissance à la Toronto Foundation. « Les besoins d’une communauté, ainsi que les défis auxquels elle est confrontée, évoluent avec le temps. Un legs non désigné permet à l’organisme d’obtenir un impact maximal avec l’investissement futur des donateurs. »

La pandémie de COVID-19 s’est avérée être un exemple en temps réel d’un changement rapide dans le monde. Imaginez qu’un legs reçu au début de l’année 2020 ait été désigné pour des cours de musique en classe. Plutôt que d’utiliser ces fonds à bon escient à un moment où les besoins sont particulièrement exceptionnels, l’organisme devrait les mettre de côté jusqu’à ce qu’il soit en mesure de répondre aux souhaits du donateur.

« Si vous avez des intentions précises pour votre don, nous vous recommandons de collaborer avec l’organisme qui vous tient à cœur pour partager une même vision, poursuit Nicola Hives. La magie s’opère lorsque les intentions d’un donateur et les besoins d’un organisme se rejoignent. »

En savoir plus sur la façon dont vous pouvez faire un don dans un testament, et comment cela fonctionne.